L’histoire de l’apnée du sommeil en bref

1956 > Le syndrome d’apnées du sommeil a été longtemps appelé sous le nom de « syndrome de Pickwick » en référence au roman de Charles Dickens. Ce dernier a en effet décrit très tôt la particularité de cette maladie au travers d’un personnage en surpoids qui ne cesse de souffrir de crises de somnolence incontrôlables (The Pickwick Papers).

1965 > Henri Gastaut, un médecin biologiste et neurophysiologiste spécialiste de l’épilepsie, observe pendant le sommeil de patients touchés par le « syndrome de Pickwick » des pauses respiratoires répétées. C’est à cette occasion qu’il lui donne le nom d’ « apnée » (1).

1976 > le Dr Christian Guilleminault, neurologue français, est le premier médecin à définir le syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAOS) (3).

1981 > C’est en Australie, à l’autre bout du monde, que le Dr Colin Sullivan découvre et met en place le premier traitement non invasif de l’apnée du sommeil : la machine à pression positive continue (PPC).

Un jour un patient atteint d’un syndrome d’apnée du sommeil sévère refusa de se voir traité par trachéotomie, qui à l’époque était un des traitements recommandés pour l’apnée du sommeil. Toutefois, le patient se porta volontaire pour tester l’invention du Dr Sullivan. C’est à partir d’un modèle expérimental reposant sur un moteur d’aspirateur, des tubes plastiques et un masque de plongée empêchant toute fuite d’air qu’a été conçu le traitement par pression positive continue (PPC)! Depuis, ce traitement, dont l’efficacité a été largement reconnue dans la littérature scientifique, a connu un important essor.

Le saviez-vous ? Le mot apnée est un terme dont l’origine grecque est composée du préfixe a- « sans »/ »privé de » et du verbe -pnée voulant dire « respiration anormale » (pnein, respirer). Ce qui signifie : suspension de la respiration (2).

La Haute Autorité de Santé (HAS) (4) rappelle que les moyens pour le diagnostic des apnées au sommeil ont longtemps fait défaut (polysomnographie et polygraphie) et ne se sont réellement développés qu’au début des années 80. De plus, l’apnée du sommeil a longtemps été considérée comme une maladie rare et bénigne : les principaux symptômes (fatigue et ronflement) apparaissant comme des signes banals, évoquant rarement l’apnée du sommeil.

De nos jours, grâce à la recherche, à l’amélioration du diagnostic et du dépistage, elle est considérée comme un véritable problème de santé publique.

 

On dit que …

certaines personnalités historiques étaient concernées par l’apnée du sommeil. En effet Winston Churchill, homme d’Etat britannique, ou encore Napoléon Ier, présentaient de nombreux signes y faisant penser : somnolence ou encore une prise de poids importante. Cependant le diagnostic n’a jamais été confirmé.

 

(1) Gastaut H, Tassinari CA, Duron B. Polygraphic study of the episodic diurnal and nocturnal (hypnic and respiratory) manifestations of the Pickwick syndrome. Brain Res 1: 167-86, 1966.

(2) Dictionnaire Le Robert.

(3) Guilleminault C, Tilkian A, Dement WC. The sleep apnea syndromes. Annu Rev Med 1976;27:465-84.

(4) HAS, Évaluation clinique et économique des dispositifs médicaux et prestations associées pour prise en charge du syndrome d’apnées hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS), volet 2, 2014, page 9.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié