Les signes

La fréquence de l’apnée du sommeil est estimée de 1 à 4 % chez l’enfant. Toutes les tranches d’âges sont concernées, de quelques mois de vie à 18 ans. Mais le plus souvent entre 2 et 8 ans, puis à l’adolescence, entre 12 et 16 ans.

Quels sont les signes de l’apnée du sommeil de l’enfant ?

On peut reconnaître une apnée à partir de plusieurs signes nocturnes, mais aussi diurnes (pendant la journée).

– Les signes nocturnes

Il s’agit principalement de ronflements très bruyants, audibles en dehors de la pièce où l’enfant dort, y compris avec la porte fermée et/ou une respiration difficile pendant le sommeil, bouche ouverte. L’arrêt du ronflement marque un obstacle bloquant le passage de l’air (apnée) et la reprise du ronflement signale la fin de l’apnée. Le sommeil de l’enfant est agité, il se retourne de nombreuses fois pendant la nuit.

Les réveils sont fréquents, l’enfant est souvent en sueur. Cherchant à faciliter le passage de l’air au niveau des voies aériennes (gorge/nez), il prend une position anormale pendant le sommeil cherchant à élargir le passage de l’air au niveau des voies aériennes. Il peut arriver que l’enfant fasse pipi au lit de façon inconsciente et involontaire.

– Les signes diurnes (visibles le jour)

Durant la journée, l’enfant respire principalement par la bouche, est sujet à des maux de tête le matin, des difficultés scolaires liées à un manque d’attention, des troubles du comportement, des variations d’humeur et à l’hyperactivité. Fatigué, il peut avoir des cernes autour des yeux.

– Une forme du visage particulière

La respiration par la bouche peut empêcher le développement harmonieux des os de la face : défaut de développement de la mâchoire, palais étroit, menton en retrait.

Quelles sont les causes de l’apnée du sommeil chez l’enfant ?

Elles peuvent être multiples. Les plus fréquentes sont une augmentation du volume des amygdales et/ou des végétations.

 

Comment confirmer un diagnostic ?

Dans un premier temps, l’interrogatoire par le médecin spécialiste (pneumologue, pédiatre) permet de détecter certains signes. Par la suite, un examen par un médecin ORL permet de rechercher les causes d’une obstruction des voies respiratoires (au niveau du nez et de la gorge). Enfin, des examens médicaux peuvent, si besoin, confirmer le diagnostic (dans la majorité des cas, ces examens ne sont pas indispensables chez l’enfant).